19 novembre 2018

De quel côté roulent les gilets jaunes ? Réflexion post dessin de la semaine

Grosse division sur les gilets jaunes cette semaine à gauche. Est-ce qu’on a envie de sacrifier la transition écologique au nom du pouvoir d’achat ? J’étais assez inquiet en entendant parler ça et là de « poujadisme », de « beaufs en gilets jaunes »… Disons que la gôche urbaine qui fait mine de ne pas comprendre que tout le monde n’a pas un arrêt de métro ou de tram à 100 mètres de chez lui me navre autant que les gilets jaunes qui se fendent d’une petite sortie de route raciste ou qui mettent la misère à un pigiste qui gagne parfois moins que le SMIC.

2018

 

 

On ne va pas se mentir, je l’ai eu aussi cette tentation de mépris. Puis je me suis rappelé qu’avant d’habiter à Strasbourg-hypercentre et de laisser ma bagnole rouiller dans un garage, j’ai fait quelques mois de stage en presse locale. Dont un où j’habitais à 15 minutes de mon lieu de travail, et où je payais l’essence de ma poche pour m’y rendre.
Il faudrait que j’ai la mémoire bien courte pour ne pas me rappeler que le budget essence de certains, c’est quasiment un deuxième loyer et que c’est une charge incompressible. Pour eux 6 centimes à la pompe, ça compte.

2018

C'est un très mauvais calcul de mépriser ce mouvement. On a déjà laissé l'extrême-droite s'installer sur la laïcité, maintenant, on va aussi lui laisser le pouvoir d'achat ? Il y a un nombre incalculable de bouquins qui expliquent qu'on ne pourra pas réussir une transition écologique sans corriger les inégalités de richesse, de race, de genre... Je pense au contraire que c'est tout à fait possible, et qu'on en prend le chemin. L'exemple du diesel taxé pendant que le kérosène des avions est épargné, en est un exemple. On appellerait ça le capitalisme vert, et ça serait terrible. Garder son mode de vie actuel serait un privilège de riche. Les plus aisés pourront choisir un véhicule électrique (pas moins problématique aujourd'hui hein. Coucou le bilan carbone à la fabrication et la dépendance au nucléaire), manger bio, se payer un petit havre de paix à toute épreuve des aléas climatiques... Ceux qui s'adapteront le mieux au changement climatiques, et qui pourront même peut-être se payer le luxe de polluer encore, seront les plus riches. C'est ça le message envoyé par la transition écologique à la sauce Macron. Les autres n'ont qu'à se démerder.

 

2018


29 octobre 2018

La danse des fous

Il y a 500 ans, les habitants de Strasbourg ont été pris d'une envie de danser aussi fulgurante qu'incontrôlée. La ville revient aujourd'hui sur cette curieuse épidémie, et c'est l'occasion pour moi de proposer une approche plus... Contemporaine de la danse à la lumière des événements politiques récents. Une planche à découvrir sur Rue89 Strasbourg en cliquant sur l'image ci-dessous.

 

2018

15 octobre 2018

Clinique Rhena : un coeur gros comme ça

La ville de Strasbourg à mis 20 millions d'euros dans une clinique privée dont les médecins vont pratiquer le dépassement d'honoraires. Oui mais voilà, la clinique concurrente n'a que très peu apprécié le fait que la Rhena tente de débaucher son équipe de cardiologues, et a multiplié les recours juridiques. L'agence régionale de santé refuse d'appuyer la Rhena, le maire de Strasbourg Roland Ries espère bien un retour sur investissement... Cliquez sur le dessin pour connaître toute l'histoire.

2018

10 septembre 2018

Neustadt : Fabienne Keller veut un parking, et vite !

C'était une promesse du maire actuel, Roland Ries, aux commerçants de Strasbourg : il y aura bien un parking de construit sous son mandat 2017-2020. Le projet est toujours en étude, mais traîne. Il faut dire que l'essentiel de sa politique jusque là a conduit à chasser la voiture du centre ville, et qu'un nouveau parking ressemblerait à un pas en arrière. Qu'importe, cela ressemble à du pain béni pour l'opposition.

218

11 juin 2018

Le déontologue de la région Grand Est a du boulot (lui)

Contrairement à son collègue strasbourgeois, le professeur Patrick Touzé qui officie comme déontologue à la région Grand Est a du pain sur la planche ! Il a du se pencher sur le cas de la Vice-Présidente de la région Lilla Merabet. L'intéressée a dû quitter Semia, l'incubateur de start-ups de la région qui soutenait... La start-up de son compagnon ! À sa décharge, le soutien avait été décidé avant sa prise de fonction. Notre ami déontologue a néanmoins la lourde tâche de rappeler quelques principes d'hygiène démocratique aux élus de la région, et de veiller à ce que ceux-ci agissent en conséquence. Pendant ce temps, son collègue strasbourgeois Patrick Wachsmann attend patiemment d'être saisi sur un éventuel dossier litigieux... Depuis les dernières législatives où il a dû régler quelques altercations de cour de récré, le professeur de droit à l'université de Strasbourg s'ennuie ferme.

(Plus d'infos en cliquant sur le dessin).

2018-06-08-os-a-ronger-reduit


27 mai 2018

Jean-Luc Reitzer, député malheureux avec ses 5300 euros par mois et ses notes de frais

C'est à se demander dans quel monde vivent les députés. 5300 euros, c'est un salaire de cadre dans le privé après 20 ans de carrière. Ce à quoi s'ajoutent de menus avantages que votre humble serviteur ne vous détaillera pas par souci de brièveté. Et donc, avec l'équivalent de presque 5 SMIC, monsieur Reitzer et ses copains de LR et de LREM se sentent à l'étroit dans leurs Weston. Les députés ont un boulot difficile, des semaines chargées, ils sont bien payés pour et c'est normal. Si certains regrettent de devoir manger plus de pâtes qu'avant, voire de ressortir des habits de la cave (sic), certains couches de la sociétés qui gagnent nettement moins et qu'on voit beaucoup trop peu dans l'hémicycle seront ravies de prendre leur place.

Sinon les observateur.trices auront noté que je me suis essayé au dessin à la tablette graphique. Le résultat n'est pas mal, mais c'est très long en revanche quand on débute.

2018

21 mai 2018

Rue89 Strasbourg : Le chill à prix d'or

Strasbourg deviendrait-il Strasbourge ? La ville vient d'inaugurer un bar éphémère dans une vieille friche industrielle. Après 22h, il faut payer 10 euros pour avoir le droit de chiller (j'en peux plus de ce mot de fdp bordel) sur du mobilier offert par les fournisseurs ou récupéré dans les chantiers et payer un demi 4 euros. Face à cette annonce, je n'ai qu'une chose à dire aux Strasbourgeois. Je viens de m'ouvrir un compte Tipeee. Si vous ne savez plus quoi foutre de votre blé, donnez le moi.

Piet dessinateur

Created at May 21, 2018 - Contact Bonjour, connaissez vous Piet, le dessinateur qui monte malgré le silence de François Asselineau ? Jeune journaliste et dessinateur de presse basé à Strasbourg, vous pouvez voir mes élucubrations écrites et dessinées sur les excellents sites indépendants 8e étage et Rue89 Strasbourg, et parfois dans le magazine Zélium (pas cher).

https://www.tipeee.com


(Ah et sinon, plus de détails en cliquant sur le dessin).

 

2018

07 mai 2018

Rue89 Strasbourg : Gare propre, management sale

Comme dans beaucoup d'entreprises ou d'administratrion, la propreté de la gare de Strasbourg est assurée par un sous-traitant, Derichebourg. Entre le sous-équipement et le management par la trouille, ses employés finissent au moins autant essorés que leurs serpillères. L'entreprise pour sa part, invoque la concurrence sans pitié dans le secteur qui se traduit en pression sur les employés.

Cliquez sur le dessin pour lire l'enquête complète de Rue89 Strasbourg.

2018

02 avril 2018

Rue89 Strasbourg : Zadistes à Kolbsheim

L'Alsace aussi a sa ZAD. À Kolbsheim, les opposants au projet de contournement autoroutier de Strasbourg occupent le site de construction. Mais la fin de la trêve hivernale et ses expulsions ouvrent le risque d'être expulsé de la zone où doivent démarrer les travaux à tout moment.

 


2018

Posté par Caricactus à 16:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

L'art contemporain pour les nuls et par un nul

J'ai signé mon tout premier reportage dessiné pour Rue89 Strasbourg : une visite au Musée d'art moderne et contemporain dans laquelle j'essaie de surmonter ma mauvaise foi pour tenter de piger quelque chose à l'art contemporain. Nice try.

(Cliquez sur le dessin pour lire le reportage en entier)

MAMCS 5