26 mars 2018

Rue89 Strasbourg : l'Office de tourisme jette le fric par les fenêtres

L'Office de tourisme a été épinglé par un rapport de l'Eurométropole strasbourgeoise, qui pointe son retard numérique et les trous dans sa caisse. Plus d'infos en cliquant sur le dessin.

2018


19 mars 2018

Rue89 Strasbourg : l'ancien Premier ministre japonais vient prêcher pour la fermeture des centrales.

Strasbourg avait un invité de marque la semaine dernière : l'ancien Premier ministre japonais Naoto Kan, qui s'est cogné la catastrophe de Fukushima, est venu donner une conférence sur son expérience des risques nucléaires. On retiendra cet aphorisme : "Une centrale nucléaire sûre est une centrale nucléaire fermée". Un gros bisou à François Hollande qui a repoussé sans cesse la fermeture de la centrale de Fessenheim, et un autre à Nicolas Hulot qui est revenu sur l'objectif des 50% de nucléaire d'ici 2025.

(Plus d'infos en cliquant sur le dessin)

2018

12 mars 2018

Repolitisons le carnaval de Strasbourg !

Dimanche avait lieu le Carnaval de Strasbourg, qui a subi un lifting ces dernières années : exit les chars avec les masques géants à l'effigie de célébrités et la satire politique, maitenant ce sera un carnaval fa-mi-lial. Et ça ne plait pas à tout le monde cet effacement de la traditionnelle satire alsacienne (qui ressemble méchamment à la satire allemande, mais ça il ne faut pas le dire). Allez pour une fois je veux bien faire cause commune : vive le carnaval qui égratine les politiques locaux.

(cliquez sur l'image pour plus d'informations)

2018

05 mars 2018

Alsace : l'argument ultime pour rester dans la région Grand Est

Je retiens une phrase dans le débat pour ou contre la sortie de l'Alsace par la région Grand Est. Elle vient de Robert Hertzog, professeur entre aux à l'IEP de Strasbourg dont je viens, et est citée par le journal L'Alsace :

 

"Le Grand Est est une région asthmatique, sans souffle (...) Affaiblir l'Alsace sur le Rhin, c'est en réalité affaiblir la France!"

Quelle morgue, quel mépris à l'égard des anciennes régions de la Lorraine et de la Champagne-Ardennes... L'Alsace me donne l'impression d'une vieille parisienne guindée qui regarde la rive droite avec mépris de son balcon haussmannien. Mais qu'ils l'obtiennent leur région si ça leur fait plaisir. Être un con d'ici ou un con de là-bas ne m'empêchera jamais de dormir...

 

pietchauvin

25 février 2018

(ENCORE) un référendum pour l'Alsace ?

Cette semaine, les députés de la droite alsacienne ont réclamé un référendum à Macron pour revenir au statut de l'ancienne Alsace.
 
Alors je ne dis pas que cette obsession du bocal estampillé au nom de sa région n'est qu'une affaire de tristes cons hein. Je dis juste que si le combat de votre vie c'est d'être un Pékin d'ici et pas un Pékin de là-bas, y a un pays sympa à deux arrêts de tram de chez vous où on laisse les coudées franches aux régions.
 
 

2018


20 février 2018

Strasbourg veut être une ville modèle sur l'accueil des sans abris

Merde, c'est bien ma veine ! J'ai commencé mes études à Dijon, dont le maire était François Rebsamen. Un porte-flingue de Hollande qui s'est joyeusement vautré dans le ramassis de lieux communs sur les chômeurs alors qu'il était ministre du travail. Puis j'ai continué à Tours, avec un maire qui s'est flingué le jour où devait débuter son procès pour détournements de fonds publics, et un successeur qui voulait dégager les mendiants qui faisaient tache devant les devantures des Galeries Lafayette. J'ai aussi fait un petit tour à Francfort sur l'Oder et ses néonazis, pour l'exotisme. J'aurais pu commencer ma carrière de dessinateur de presse à Lyon avec Gégé Collomb qui dégageait les Roms à coups de bulldozoer, ou à Angoulême où le maire redoublait d'ingéniosité pour faire chier les SDF... Bah non, je suis resté à Strasbourg, avec comme maire Roland Ries, un petit papy qui a eu la bonne idée de rester sagement à Strasbourg plutôt que d'aller se planter à Paris avec François Hollande. Et cette semaine, à deux ans de la fin de son mandat, le mec se souvient qu'il est socialiste, et décide d'accepter la proposition de son Conseil Municipal d'ouvrir 100 places pour les sans-abri, qu'ils soient Français ou non. Et il en profite par dessus le marché pour mettre un coup de pression à l'État pour qu'il accélère le rythme sur l'accueil des migrants. COMMENT TU VEUX FAIRE DU DESSIN SATIRIQUE AVEC UN MAIRE PAREIL !?

(Heureusement qu'il reste une étiquette PS à laquelle s'accrocher)

 

2018

12 février 2018

Schilick, ton univers impitoyable !

La ville de Schiltigheim au nord de Strasbourg connaît un début d'année politique agité. Privée de majorité au Conseil Municipal, elle aura le droit à des élections anticipées en avril. C'est le résultat de la mésentente entre le maire de "Schilick", Jean-Marie Kutner, et son premier adjoint Christian Ball. Cliquez sur le dessin pour lire les articles de Rue89 Strasbourg sur le sujet.

 

2018

23 janvier 2018

Rue89 Strasbourg : quid de l'après-Fessenheim ?

Le secrétaire d'État à la transition écologique Jean-Sébastien Lecornu était la semaine dernière à Fessenheim pour parler de reconversion de l'emploi après la fermeture de la centrale. Mais le Président de la région n'est pas pleinement rassuré. Plus d'infos en cliquant sur le dessin.

2018

19 janvier 2018

L'Arcadia à Strasbourg

Une charmante association identitaire qui sous-couvert d'action sociale (distribution de repas aux sans-abris FRANÇAIS), dégueule à tout va sur les étrangers. Les pouvoirs publics laissent faire, mais jugent bon de poursuivre ceux et celles qui osent venir en aide aux migrants.

2018

Posté par Caricactus à 19:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

15 janvier 2018

Rue89 Strasbourg : Mon royaume pour des places de parking

À Strasbourg, on aime bien se venger sur les automobilistes qui klaxonnent comme des connards et qui démarrent leur moteur l'été juste pour avoir la clim en leur faisant payer le parking bien bien cher. Thierry Roos, conseiller municipal d'opposition, a tenté une petite pétition pour s'insurger contre la nouvelle douille aux automobilistes. Par sûr qu'il soit entendu...

2018