17 juin 2018

GCO : Vinci derrière les bleus

Avec la coupe du monde a commencé le mois des coups fourrés en loucedé. Vinci a fait convoquer les zadistes de Kolbsheim par la gendarmerie au tribunal. Le but, mettre fin à l'occupation du chantier du Grand Contournement Ouest et commencer la construction de la portion d'autoroute au plus vite. Plus d'infos en cliquant sur le dessin.

2018







11 juin 2018

Le déontologue de la région Grand Est a du boulot (lui)

Contrairement à son collègue strasbourgeois, le professeur Patrick Touzé qui officie comme déontologue à la région Grand Est a du pain sur la planche ! Il a du se pencher sur le cas de la Vice-Présidente de la région Lilla Merabet. L'intéressée a dû quitter Semia, l'incubateur de start-ups de la région qui soutenait... La start-up de son compagnon ! À sa décharge, le soutien avait été décidé avant sa prise de fonction. Notre ami déontologue a néanmoins la lourde tâche de rappeler quelques principes d'hygiène démocratique aux élus de la région, et de veiller à ce que ceux-ci agissent en conséquence. Pendant ce temps, son collègue strasbourgeois Patrick Wachsmann attend patiemment d'être saisi sur un éventuel dossier litigieux... Depuis les dernières législatives où il a dû régler quelques altercations de cour de récré, le professeur de droit à l'université de Strasbourg s'ennuie ferme.

(Plus d'infos en cliquant sur le dessin).

2018-06-08-os-a-ronger-reduit

27 mai 2018

Jean-Luc Reitzer, député malheureux avec ses 5300 euros par mois et ses notes de frais

C'est à se demander dans quel monde vivent les députés. 5300 euros, c'est un salaire de cadre dans le privé après 20 ans de carrière. Ce à quoi s'ajoutent de menus avantages que votre humble serviteur ne vous détaillera pas par souci de brièveté. Et donc, avec l'équivalent de presque 5 SMIC, monsieur Reitzer et ses copains de LR et de LREM se sentent à l'étroit dans leurs Weston. Les députés ont un boulot difficile, des semaines chargées, ils sont bien payés pour et c'est normal. Si certains regrettent de devoir manger plus de pâtes qu'avant, voire de ressortir des habits de la cave (sic), certains couches de la sociétés qui gagnent nettement moins et qu'on voit beaucoup trop peu dans l'hémicycle seront ravies de prendre leur place.

Sinon les observateur.trices auront noté que je me suis essayé au dessin à la tablette graphique. Le résultat n'est pas mal, mais c'est très long en revanche quand on débute.

2018

30 avril 2018

Le périph de Strasbourg est un putain de dépotoir !!! Ce que nous avons retrouvé au kilomètre 22 va vous écoeurer >< !!!

De rien pour le titre putaclic. Et bien oui, les automobilistes qui se rendent ou qui déguerpissent de Strasbourg sont des gros porcs, et ils le font savoir en jetant un peu tout et n'importe quoi sur le bord de la route. Le problème, c'est que les agents de voierie ont clairement autre chose à foutre que de ramasser leur merde.

À la vue des premiers commentaires sur les rézosociaux, je viens de découvrir une nouvelle obsession à nos amis alsaciens : certes, un poil bornés quand ils trépignent pour qu'on reconnaisse leur statut d'imbécile heureux né en Alsace (et non pas dans la région GRAND EEEEEST !!!), ils partagent toutefois avec les cons d'ailleurs un attachement certain à leur liberté de se manger des platanes à 90 km/h, voire plus. Ça en fait des ambitions.

2018

24 avril 2018

Élections à Schiltigheim

Un sujet purement local cette semaine. À Schiltigheim, dans la banlieue de Strasbourg, la majorité droite-centre a explosé, provoquant une élection municipale anticipée. L'ancien maire Jean-Marie Kutner et son ex Premier adjoint Christian Ball allaient pouvoir régler leurs comptes... Distancé au premier tour, l'ancien maire s'est désisté pour soutenir la candidate écologiste Danielle Dambach. Cette dernière a battu l'ex Premier adjoint. Plus d'infos en cliquant sur le dessin.

2018

 

Bonus, il y a un dessin échappé cette semaine !

2018


15 avril 2018

Tout le monde teste la police

À Strasbourg plus qu'ailleurs, la réforme de l'université ne passe pas. On compte déjà trois évacuations par la police de bâtiments occupés, et un nouveau blocage à venir lundi. De là à dire que les CRS sont plus assidus que certains étudiants, il n'y a qu'un pas que je franchis allègrement.

Tout mon soutien aux opposants à cette réforme nocive. Vous gueulez à tort et à travers, vous me faites doucement rire avec vos saillies contre les médias du grand capital et vos AG de Stals, mais l'histoire vous donnera raison les enfants.

2018


Il y a aussi un making-of cette semaine :

2018 04 14 14 11 07

26 mars 2018

Rue89 Strasbourg : l'Office de tourisme jette le fric par les fenêtres

L'Office de tourisme a été épinglé par un rapport de l'Eurométropole strasbourgeoise, qui pointe son retard numérique et les trous dans sa caisse. Plus d'infos en cliquant sur le dessin.

2018

19 mars 2018

Rue89 Strasbourg : l'ancien Premier ministre japonais vient prêcher pour la fermeture des centrales.

Strasbourg avait un invité de marque la semaine dernière : l'ancien Premier ministre japonais Naoto Kan, qui s'est cogné la catastrophe de Fukushima, est venu donner une conférence sur son expérience des risques nucléaires. On retiendra cet aphorisme : "Une centrale nucléaire sûre est une centrale nucléaire fermée". Un gros bisou à François Hollande qui a repoussé sans cesse la fermeture de la centrale de Fessenheim, et un autre à Nicolas Hulot qui est revenu sur l'objectif des 50% de nucléaire d'ici 2025.

(Plus d'infos en cliquant sur le dessin)

2018

12 mars 2018

Repolitisons le carnaval de Strasbourg !

Dimanche avait lieu le Carnaval de Strasbourg, qui a subi un lifting ces dernières années : exit les chars avec les masques géants à l'effigie de célébrités et la satire politique, maitenant ce sera un carnaval fa-mi-lial. Et ça ne plait pas à tout le monde cet effacement de la traditionnelle satire alsacienne (qui ressemble méchamment à la satire allemande, mais ça il ne faut pas le dire). Allez pour une fois je veux bien faire cause commune : vive le carnaval qui égratine les politiques locaux.

(cliquez sur l'image pour plus d'informations)

2018

05 mars 2018

Alsace : l'argument ultime pour rester dans la région Grand Est

Je retiens une phrase dans le débat pour ou contre la sortie de l'Alsace par la région Grand Est. Elle vient de Robert Hertzog, professeur entre aux à l'IEP de Strasbourg dont je viens, et est citée par le journal L'Alsace :

 

"Le Grand Est est une région asthmatique, sans souffle (...) Affaiblir l'Alsace sur le Rhin, c'est en réalité affaiblir la France!"

Quelle morgue, quel mépris à l'égard des anciennes régions de la Lorraine et de la Champagne-Ardennes... L'Alsace me donne l'impression d'une vieille parisienne guindée qui regarde la rive droite avec mépris de son balcon haussmannien. Mais qu'ils l'obtiennent leur région si ça leur fait plaisir. Être un con d'ici ou un con de là-bas ne m'empêchera jamais de dormir...

 

pietchauvin