04 juillet 2013

Ce René de Magritte

C'est officiel.

Je revendique désormais le titre de premier jeune à être allé un mois aux Pays-Bas et en Belgique, paradis des coinceurs de cônes de tout âge et de tout poil pour découvrir UNIQUEMENT la peinture flammande et néerlandaise ! Sans déconner, avoir 21 ans et passer un mois entre la Belgique et les Pays-Bas avec ses parents, c'est un peu comme s'appeler Jean-Marie Le Pen et aller en Algérie avec toute la Ligue des Droits de l'Homme dans sa valise (une ambulance en panne sur la voie ferrée de dégommée, au suivant) !
J'aurais pu vivre d'amour, d'eau fraîche et d'herbe pendant un mois, j'ai dû me contenter d'huile (sur toile). Bonne nouvelle quand même, j'ai pu remplacer l'eau fraîche par ces délicieuses trappistes et bières triples dont les Belges ont le secret... hic !

J'en ai tout de même profité pour faire un petit bilan, et m'apercevoir que j'avais plus dessiné pendant mon année de prépa que pendant ma deuxième année de DUT, faute de temps disponible (record de mauvaise foi, 15 sur l'échelle de Cahuzac). J'ai donc profité de ces vacances occasionnées par l'annulation d'un stage (RIP Dijonscope) pour me remettre au dessin en me disant que "Bah, c'est comme le vélo, ça s'oublie pas"... J'en conclus que le type qui a pondu cette maxime n'a jamais essayé le vélo sans les petites roues.

J'en ai également profité pour aller visiter le musée Magritte à Bruxelles. Après deux heures à parcourir quatre étages blindés de toiles, j'ai le regret de dire qu'entre le surréalisme et moi... Nan, ça va pas être possible. J'ai essayé hein. J'ai bien compris que c'était rigolo de bousculer l'académisme petit bourgeois, tout en étant un bigot incapable de se faire une place dans le microcosme parisien mené par André Breton, genre je-suis-trop-un-rebelle-qui-rentre-dans-aucune-case-j'étais-un-hipster-avant-que-ça-soit-cool. J'ai bien compris que un-titre-de-tableau-ne-doit-pas-servir-à-habiller-une-toile-et-une-toile-ne-doit-pas-servir-à-habiller-un-titre. Par contre, j'ai pas compris ce malin plaisir à pondre des titres de tableau complètement hors sujet avec la toile. Alors oui, j'aurais pu chercher les explications, comme tout journaliste qui se respecte, mais là j'étais en vacances. Du coup j'ai préféré user de ma mauvaise foi légendaire, un peu comme le jour où j'ai découvert ma note sur mon tout premier reportage, devoir de maths, de socio... Je soupçonne René Magritte d'avoir nommé ses tableaux aux hasards, juste pour le plaisir de voir des critiques d'art se contorsionner afin de trouver un sens à ses tableaux.

Self-Portrait-Rene-Magritte-1923

En parlant de sens, il s'accroche comment celui là ?


Breeef, ce mystère sur la manière dont René Magritte choisissait les noms de ses tableaux, c'était pour moi l'occasion de me remettre à la bande dessinée, et de redécouvrir à quel point c'est chiant de redessiner trente fois la même chose dans la même position. Gniii !

Magritte 1

 

 

Magritte part 2

" C'est l'histoire d' un mec qui s'appelle Magritte" Ben non, je me suis pas cassé la nénette pour le titre. En même temps, c'est jamais qu'une blague de plus sur les Belges.


 

Je suis pas sympa, j'ai quand même appris plein de trucs dans ce musée. Par exemple, j'ai enfin compris d'où venait la bannière de cet ignoble instrument de torture en ligne... Pardon pardon, de ce formidable outil pédagogique qu'était le blog de ma classe de prépa où on trouvait de superbes essais aussi digestes qu'une purée d'écorce de bouleau diluée avec de l'huile de moteur, à recaser s'il vous plait le jour de vos khôlles pour me faire plaisir. Joie.


Et puis entre nous, Clairvoyance est loin d'être la toile la plus tordue du personnage. En fait c'est un autoportrait de Magritte où il s'est représenté en train de peindre. C'est donc une-mise-en-a-bîme-ma-stur-ba-toire. Il prend un oeuf comme modèle, et vu qu'il est clairvoyant, il peint directement un oiseau.

...

...

Ah ouaiiiiis quand mêêêêême !

Et rapporté à l'actualité, ça peut donner plein de choses sympathiques. Par exemple, que peindrait Marine Le Pen si on lui montrait une photo des socialistes au pouvoir ?

Clairvoyance Marine Le Pen

Et puis avec un peu d'imagination, ça fait une bannière Facebook tout à fait potable, quoique un peu trop intello pour recueillir autant de likes qu'une photo torse nu prise dans une salle de bain avec un demi pot de gel étalé sur le crâne.

Couverture Tapie


Allez en prison. Ne passez pas par la case départ, ne touchez pas 400 millions d'euros.


 

Clairvoyance Copé

À vôt bon coeur m'âme Bettencourt, pour un pauvre parti qui vient de se faire invalider ses comptes de campagne par le Conseil constitutionnel !

 

À actualiser au fur et à mesure des trouvailles...

Posté par Caricactus à 21:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,


17 juin 2013

Les mites de la nation

À moins d'avoir passé les dernières semaines sur une île déserte ou bien à avoir compulsivement grignoté les semelles de vos pantoufles après avoir vu la fin de la saison 3 de Game of Thrones, vous avez peut-être vaguement entendu parler du bacalauréat qui s'approche. Pour les journaleux débutants, c'est impensable de passer le mois de juin sans être allé tanner au moins une fois un ou deux lycéens à la sortie de leur salle d'exam pour leur demander à quel point il se sont gourrés. Pour le vétéran, je suppose que se voir refiler un sujet bac revient à peu près à la même chose qu'une affectation à la cafétéria du lycée de Trifouillis-les-Merles pour un chef étoilé.

Du coup, par compassion, et aussi par anticipation d'un inévitable sujet sur les résultats du bac à traiter dans trois semaines, je suis allé voir ce qui avait été demandé en philo. Et je dois dire que les S ont été gâtés. Peut-on agir moralement sans s'intéresser à la politique ? Mais la morale en politique, c'est beau comme les ronds de fumée d'un Balkany amateur de havanes qui se fait payer un bon gueuleton par le lobby cigarettier ! C'est beau comme un ministre du budget qui a planqué son argent en Suisse ! C'est beau comme un type qui se fait patron de presse grâce à l'argent de poche que lui a refilé l'État (si y a des gauchiss' favorables à un service public de l'information qui sont de passage, pensez-y) ! C'est beau comme ... Comme un tir sur une ambulance accidentée qui aurait deux roues au dessus d'un ravin et un nonagénaire cardiaque à son bord, ok. Mais quand on a une fenêtre de tir pareille, c'est dommage de se priver.

 

 

bac de philo 001

 

 

 

Posté par Caricactus à 21:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,

07 juin 2013

Dessin de droite

Le mémoire, check, le portrait du sieur Paquet pour le blog Le Monde, check, le déménagement, CHECK ! Voir son plan stage de juin tomber à l'eau pour cause de liquidation judiciaire euh... check. Il ne me reste plus qu'à me remettre au dessin, ce que je fais difficilement. Idée pourrie, coup de pinceau parkinsonien... Au moins j'ai fait mon quota éditorial de droite pour l'année, les militants UMP et autres égéries de la manif pour tous qui voudraient m'apprendre ce qu'est l'objectivité sont donc priés d'aller se faire foutre.

fils député PS cannabis 001

Posté par Caricactus à 15:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

19 mai 2013

Le dessin auquel les lecteurs du Monde ont échappé

Comment ça j'ai abandonné mon blog ? C'est faux regardez ! Eeeeet hop ! Un post... En trois mois.

Il faut dire que je n'ai plus le goût de l'écriture en ce moment. À part pour pisser quelques hectolitres de copie à déverser dans mes 50 pages de mémoire, je n'ai plus trop le temps, plus trop l'envie non plus. En fait j'ai l'impression d'écrire avec un manche à balai coincé dans la raie, et c'est plutôt gênant.

Par exemple, ce portrait du chef de l'opposition de droite à la municipalité coco de Saint-Pierre-des-Corps, j'en ai chié pour le faire, mais j'en ai chié... Et puis faut pas faire de froufrous hein, t'ention, c'est pour un blog hébergé par Le Monde ! Allez, je te rajoute 10 centimètre de manche à balai pour que tu comprennes.

Mais bon tu vas bien nous faire un p'tit dessin hein, ça va être rigolo ! Bon par contre t'oublies pas de faire attention à ta manière de dessiner les nez hein. T'as tendance à les faire un peu... crochus, si tu vois ce que je veux dire. Bon, et si mon type a un pif dans lequel tu mets facile trois doigts et qu'en plus pour les besoins du dessin faut que je le dessine de profil ? Et ben tu lui fais un petit nez quand même ! Il sera pas reconnaissable, mais ça nous évitera d'avoir les traumatisés des " heures sombres de notre histoire " sur le dos (y en avait encore tout plein là où j'étais avant,à Vichy).

Bon alors après avoir observé la bête en conseil municipal, l'avoir vu pagayer contre la majorité rouge/rose-bonbon et se faire sévèrement rétamer, je me dis que ça pourrait être rigolo de le voir ramer à contre courant sur la Loire (bah oui sur la Loire, il faut une référence au local. Toujours. Même si c'est cliché). Et puis une Loire rouge-coco, qu'on comprenne bien contre quoi il se bat. Mais euh quand même... Tu veux pas rajouter un petit panneau " Saint-Pierre-des-Corps " pour les lecteurs mal comprenant ? Soit...

Maurice le rameur 001

 

Là je me dis "ok, les buissons tu sais faire". Mais pour le reste... Une traîné blanche pour souligner le mouvement qui est dégueulasse, un type à peine reconnaissable, ça passera pas.

Ben non c'est pas passé. Mais pas vraiment à cause de la gueule du dessin.

"Ouais mais non la Loire en rouge on dirait du sang, ça pourrait rappeler les morts du communisme, être mal interprété... Tu veux pas le refaire avec la Loire en bleu ? Ca peut peut-être s'arranger sur Photoshop ? "

Ben non. Je peux en avaler des couleuvres pour avoir un papelard sur un blog Le Monde, je peux accepter la critique, surtout sur mon coup de crayon, mais faut pas déconner non plus. Le dessin c'est mon pré carré d'impertinence, mes water-closets où je peux péter un coup en laissant la porte grande ouverte, pas touche. Il y a déjà Plantu pour dessiner avec le pinceau calé dans la raie... Je préfère dessiner continuer à dessiner dans mon coin et avec mes pieds.

Posté par Caricactus à 11:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


16 février 2013

TaPage, Goodyear Amiens et la Nouvelle République

Ce mois-ci je suis publié dans le magazine étudiant tourangeau TaPage. 4 dessins sur l'actualité récente (et plus si fraîche maintenant).

Le dessin sur le clash entre Booba et La Fouine n'est pas passé (peut-être à cause de l'énorme phallus en sable ?), mais je suis quand même content d'avoir pu passer ce dessin là :

Mariages chinois NR 001

 

 

Alors pour ceux qui ne sont pas du cru, La nouvelle République est le canard de la région Centre. Et comme toute la presse locale en général, la NR a la fâcheuse tendance à se chier dessus quand il y a des affaires à sortir (qui a crié "Les mariages chinois" ?). Ou pour être plus exact, elle attend que le Canard enchaîné en parle pour en faire autant.

En revanche, comme tout support pour les épluchures à patate de mémé qui se respecte, la NR use et abuse de son droit d'informer au moindre fait divers. Dimanche après-midi, Hervé Cannet (édito à la NR) se tordait d'aise en répétant que " 50 000 vues sur l'article de l'homicide place Plumereau, c'est bon çaaaaa ! " Et en plus, ils ont fait une vidéo de la scène de crime, avec s'il vous plait prise de vue sur un linceul à travers les vitres d'un camion de flic pour pouvoir prendre des images sans se faire gauler. Et ouais, ils sont comme ça à la Nounou.

Je serais allé au bout de mon idée, on verrait le type en entier, avec une belle tache marronasse sur le pantalon flanqué à hauteur des cuisses.

 

Un petit aperçu des autres dessins :

Goodyear 001

Mittal Liège 001

08 février 2013

Booba feat la Fouine, bientôt dans les bacs... à sable.

Alors celui là, il doit paraître bintôt dans un magazine tourangeau. Mais pas de course à la rentabilité donc pas de course à l'exclusivité, peu de Tourangeaux qui vont sur mon blog, ... Allez, je peux bien le publier avant que le sujet ne soit défraîchi.

 

Clash La Fouine Booba 001

 

Et comme j'ai pas le monopole de la blague moisie et du buzz, tout le monde y a un peu mis du sien :

 

 

Alors l'égérie de la génération Y branchouillarde, Yann Barthès, on le présente plus.

 

 

Booba-La-Fouine-Rohff-le-clash-parodie-sur-le-net_yahooExportPaysageLa Fouine, Rohff et Booba, un clash digne des pires crépages de chignons dans les coulisses de miss France entre le défilé en écharpe et celui en maillot de bain.

 

290705_4928510123668_1072997129_o

Le clash La Fouine/Booba expliqué aux touts petits.


Mais encore une fois, ce sont les médias qui sont les plus drôles. Et on parle pas de Nikos Aliagas, ni Jean-Marc Morandini cette fois ci hein. Cette fois-ci c'est le très Céhèspéplussard Nouvel Obs qui a appuyé sur pause alors que le dernier album de Benjamin Biolay tournait en boucle depuis des semaines, pour regarder ce qui se passait au pied des immeubles de Saint-Maur-des-Fossés (le patelin de La Fouine, même si l'intéressé insiste bien sur le fait que " Fouiny est propriétaire " à Miami, wesh sisi c'est la classe t'as vu).

 

clash la fouine booba Nouvel Obs

 

Lisez plutôt :

"Criminel", "menteur", "grand nase". La bataille d'ego entre Booba, La Fouine et Rhoff, qui dure depuis plusieurs mois, n'en finit plus. Que ce soit dans leurs chansons ou sur les réseaux sociaux, le trio n'hésite pas à alimenter la polémique. Pour Olivier Cachin, spécialiste du rap, cette passe d'armes est l'une des plus violentes de l'histoire du rap français.

1- Soit le Nouvel Obs n'avait strictement rien à se mettre sous la dent pour cause de tournoi de belote annuel de l'amicale de la rubrique Le Plus.

2-Soit ils sont vraiment tièdes du bulbe et il leur en faut peu pour les rendre hystériques.

 

Et combien ça leur rapporte tout ça ?


Difficile à évaluer, étant donné que Youtube garde secret les rémunérations des podcasteurs partenaires. Les chiffres qui circulent sur la toile vont de 1 à 5 $ pour 1000 vues... peut-être que la rémunération varie selon la notoriété du diffuseur. Pour des petites pointures comme Booba et La Fouine, on va tabler sur du 2.5$ par tranche de 1000 vues.

Donc, au jour d'aujourd'hui, comme disent les journaliss' qui ont jeté leur Bescherelle à la benne, Booba a sorti deux clashs.

A.C. Milan : 9 454 476 vues le 18 février 2013, ce qui ferait 23 635$

T.L.T : 4 571 786 vues, ce qui ferait 11 427.5$

Soit au total 35 062$


La Fouine de son côté a sorti un seul clash :

Autopsie 5 : 9 178 201 vues à la même date, ce qui ferait 22 945$

 

C'est à dire une paille à côté de ce que peuvent leur rapporter leurs contrats respectifs. Un peu d'argent de poche avec lequel Booba pourra se payer un loyer à Miami, et La Fouine une plaque de blindage chromée pour sa voiture.

 
De rien pour la pub.

 

Posté par Caricactus à 20:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

25 janvier 2013

Tout ça pour un bout de foulard

Z'avez pas entendu parler de cette histoire de soldat qui portait un foulard avec une tête de mort imprimée dessus ? Shocking.
Je vois pas vraiment pourquoi j'écrirais un billet là dessus, étant donné que l'odieux connard en a déjà écrit un très bon qui dit tout. Pour voir le blog d'odieux connard, ça se passe ici (et désormais dans la colonne de droite également).

 

tête de mrot 001

Posté par Caricactus à 14:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

Zeppelin on tour

Ouais ouais, j'étais invité à une soirée de Zeppelin.

Le 22 décembre dernier, après avoir héroïquement survécu à la fin du monde et survécu aux reportages sur le Pic de Bugarach.

C'était cool cette soirée de Zeppelin, vraiment. Pas Led Zeppelin bande de demeurés, LE Zeppelin. Zélium !

La bête à du plomb dans l'aile, mais elle remue encore. On s'est payés une petite sauterie/soirée de soutien qui a foutrement bien marché, puisque les diverses opération beuveries/concerts/dédicaces ont rapporté 6000 euros... Sur les 15 000 à rembourser.

Alors à cette soirée à Nantes, dans une salle de concert 'achement sympa késsapélorio Pol'n, on a pas pu faire venir Led Zeppelin. Dommage, MC Circulaire aurait bien aimé les avoir pour sa première partie.

... Bon du coup on a eu Nikus Pokus, ancien des Svinkels, autant niqueur de Kros en coulisses que chroniqueur pour Zélium. Et puis, et puis, y a eu ce poète de MC Circulaire dont j'ai promptement retiré le morceau phare qui figurait ci-dessous, afin de ne pas effrayer un hypothétique employeur qui s'égarerait ici... Ben ouais, c'est de l'autocensure. Quoique certains appelleraient sûrement ça du bon sens.

Il y avait aussi des chroniqueurs du journal Zélium

 

DSC08738

TGD, reconverti en VRP à défaut de pouvoir jouer rivaliser avec les dessinateurs.

 

 

 

 

295141_316944358409580_457349379_n

Bibi, en train de faire ses devoirs de vacances. "Dis donc petit merdeux, tu pourrais m'aider
pour tenir la caisse ! "

 

 

 

 

 

DSC08744

Et bien sûr, une tripotée de dessineux. Ici, Troud (voir dans les liens sur la colonne de droite, merci, vous connaissez le chemin à force).

 


Eeeet ce fut une chouette chouille, où le goût du punch planteur n'avait d'égaux que la verve poétique de MC Circulaire et le jus qui suintait compulsivement des doigts de gratte papier promis à l'arthrose bien avant l'andropause.

 

" Baheu, c'est fini ? "

NAN !!!

Comme le stipule le titre, le journal Zélium is on tour. Ce qui veut dire que le 9 février prochain, le canard remet ça à Bordeaux, avec de nouvelles têtes, mais sans la mienne cette fois-ci. Ce n'est pas une raison pour ne pas y aller alors vous êtes mignons, vous sautez dans le premier train pour Bordeaux, vous venez à la soirée, vous vous détendez, et vous buvez gentiment le verre qu'on vous tend (sauf ceux de TGD, à moins que vous ne teniez à vous réveiller avec une botte de poireaux carré dans... bref).

tumblr_mgd71lqWVk1s0zcmmo1_500


cliquez sur l'image pour allez sur le site de la soirée Zélium à Bordeaux, en savoir plus sur les participants, savoir comment s'y rendre, et gagner l'intégrale des hors séries du Chasseur français.

Posté par Caricactus à 00:52 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

30 décembre 2012

Reconstitution du proçès de Marie Besnard, dite "l'empoisonneuse"

21 décembre 2012. Fin du monde pour certains, fin d'un motherfucking marathon pour les étudiants en deuxième année à l'EPJT. Pendant que les bienheureux findumonistes et la Maréchaussée fêtaient la fin du monde à Bugarach, la cour d'assises de Tours et la Marie Besnard faisaient leur arbre de Nowël. Pestacle de Nowël pour les tout petits (à savoir les étudiants en droit et en journalisme de Tours), goûter de Nowël au bar d'à côté... Le tout avec la présence du père Noël,  des petits lutins twittomaniaques aux couleurs criardes et... Du père fouettard. On est au tribunal ou on ne l'est pas.

La Cour d'assises de Tours organisait une reconstitution maison du procès de Marie Besnard -gentiment surnommée "l'empoisonneuse" par la presse à l'époque. On trouvait des magistrats dans le rôle des magistrats, des étudiants en journalisme et des vrais journaliss' dans le rôle de la presse, des citoyens lambda (parmi lesquels Sophie Auconie, députée européenne UDI et Claude Greff, députée UMP d'Indre-et-Loire) dans le rôle des jurés et une magistrate (si, sur ce blog les métiers se déclinent au féminin) dans le rôle de Marie Besnard.

Le tribunal avait proposé à l'Ecole de Journalisme de Tours de laisser quelques uns de ses élèves jouer les journalistes, c'est comme ça que je me suis retrouvé sur les bancs du tribunal comme dessineux. L'exercice ne me paraissait pas évident : comment peut-on, avec 50 ans de recul, aborder le procès comme s'il avait lieu aujourd'hui ? On ne peut pas, et c'est tant mieux ! Au moment des faits, la presse a joué la surenchère et a déchaîné les passions. Pour faire court, elle a grave chié dans la colle. Et c'est toujours le cas aujourd'hui. Il suffit de se souvenir de la manière dont a été couverte l'affaire Merah pour s'en convaincre : plateaux en direct avec des journalistes qui ne savaient plus quoi raconter à l'antenne, experts sélectionnés à la va-vite parce qu'il faut informer dans le jour, la minute, la seconde qui suit, pseudo articles de fond intitulés "Comment devient-on Mohammed Merah ? " (merci Libé, heureusement que mon abonnement était gratuit)... C'est ce qui me débecte dans les faits divers. Noyer les rares articles pertinents écrits à chaud dans des hectolitres de copie sur l'immondice et la déviance coupés avec de l'analyse à la mord-moi-le-noeud-que-je-gémisse pour aider ce quidam de lecteur à se sentir normal, très peu pour moi. En revanche, en examinant les faits avec un oeil nouveau, cinquante ans après, peut-être qu'il y a moyen d'en tirer une bonne chronique judiciaire. Mais ça, ce n'est que mon humble avis d'étudiant en journalisme qui est allé consciencieusement s'autoflageller aux assises du journalisme à Poitiers hein.

Autre difficulté, cette fois-ci d'ordre technique, je n'avais jusqu'à présent jamais touché au dessin réaliste. J'ai eu le plaisir de rencontrer le caricaturiste qui avait couvert l'affaire pour la Nouvelle République à l'époque. Il avait l'ait de trouver ça pas mal. Par contre il m'a expliqué que "non franchement, à part pour les visages ce n'est pas la peine de faire aussi détaillé."

Ce type de reconstitution existe depuis quelques années. Le procès de Christian Ranucci, qui s'était soldé par une très contestée condamnation à mort qui eut lieu faute de grâce présidentielle, a ainsi été revisité avec un oeil neuf. Le bonhomme est souvent présenté comme le dernier à avoir eu affaire à la Louisette, mais j'ai appris récemment (il y a une demi-heure) que deux autres gusses sont passés derrière lui. La dernière personne qui a finie sur l'échafaud s'appelait Hamida Djandoubi, c'était le 10 septembre 1977.

 

 

 

Marie Besnard 001

Marie Besnard, dans le box des accusées. Ses tenues sombres lui vaudront d'être également surnommée la veuve noire.

avocat et avocat général 001

Petit accrochage entre l'avocat général et un des avocats de la défense, au moment où l'inspecteur chargé de l'enquête est appelé comme témoin.

"Vous noterez, monsieur l'avocat général, que le témoin n'est pas médecin.

-Vous non plus.

-Mais moi je ne fais pas de diagnostic.

-Il ne fait pas de diagnostic, il fait un constat. Il faut avoir fait médecine pour constater que quelqu'un vomit ? "


Et un point pour l'avocat général.

avocat et expert 001

L'avocat de la défense, toujours le même, en train de faire du hachis d'expert. Il remet ainsi en cause la validité des travaux de ce scientifique, qui relevaient une présence anormale d'arsenic dans les restes des victimes que Marie Besnard est soupçonnée d'avoir envoyé prématurément au cimetière.

Avocat et Louise Pintou 001

 

Encore et toujours le même avocat de la défense (plus facile à dessiner que son homologue), en train  de remettre en cause de témoignage de Louise Pintou, ancienne amie de Marie Besnard. Portrait de Louise Pintou moyennement réussi, arrière plan qui ressort trop, c'était pas une bonne idée le pinceau à encre.

plaidoirie 001

Le second avocat de la défense, durant sa plaidoirie. La magistratE (non vraiment, j'insiste), plonge la tête dans son mouchoir.

Me Bendjador cramp 001

Plus comique cette fois-ci : Me Gaugrat (joué par Me Bendjador) semble avoir abusé des moulinets de bras durant sa plaidoirie et quitte

la salle d'audience en se massant l'épaule.

 

À la fin de son réquisitoire, l'avocat général estime que les preuves de la culpabilité de Marie Besnard sont irréfutables. Toutefois, en raison du temps passé entre les supposés crimes et le procès, il ne demande pas la peine capitale mais la perpétuité. Après délibération (en public, et accélérée), le jury estime que les preuves à l'encontre de Marie Besnard ne sont pas assez solides. Elle est acquittée.