20 février 2018

Strasbourg veut être une ville modèle sur l'accueil des sans abris

Merde, c'est bien ma veine ! J'ai commencé mes études à Dijon, dont le maire était François Rebsamen. Un porte-flingue de Hollande qui s'est joyeusement vautré dans le ramassis de lieux communs sur les chômeurs alors qu'il était ministre du travail. Puis j'ai continué à Tours, avec un maire qui s'est flingué le jour où devait débuter son procès pour détournements de fonds publics, et un successeur qui voulait dégager les mendiants qui faisaient tache devant les devantures des Galeries Lafayette. J'ai aussi fait un petit tour à Francfort sur l'Oder et ses néonazis, pour l'exotisme. J'aurais pu commencer ma carrière de dessinateur de presse à Lyon avec Gégé Collomb qui dégageait les Roms à coups de bulldozoer, ou à Angoulême où le maire redoublait d'ingéniosité pour faire chier les SDF... Bah non, je suis resté à Strasbourg, avec comme maire Roland Ries, un petit papy qui a eu la bonne idée de rester sagement à Strasbourg plutôt que d'aller se planter à Paris avec François Hollande. Et cette semaine, à deux ans de la fin de son mandat, le mec se souvient qu'il est socialiste, et décide d'accepter la proposition de son Conseil Municipal d'ouvrir 100 places pour les sans-abri, qu'ils soient Français ou non. Et il en profite par dessus le marché pour mettre un coup de pression à l'État pour qu'il accélère le rythme sur l'accueil des migrants. COMMENT TU VEUX FAIRE DU DESSIN SATIRIQUE AVEC UN MAIRE PAREIL !?

(Heureusement qu'il reste une étiquette PS à laquelle s'accrocher)

 

2018


01 avril 2015

La rigueur au PS, c'est pour bientôt !

Il y en a qui ne perdent pas le Nord. À peine les micros des plateaux télé remballés, le Figaro a fait les calculs du coût de la taule que vient de prendre le PS aux départementales. Les dotatations aux partis politiques étant fondées en France sur le nombre d'élus, le PS pourrait faire une croix sur 700 000 euros. Ça pique, mais ça pas encore autant que la perte de 10 millions d'euros qu'a encaissé l'UMP après les législatives de 2012. Ça n'empêche pas d'en rigoler...

 

Rigueur PS 001

Posté par Caricactus à 21:02 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

02 février 2014

Rattrapage d'actu 3 : les amours de François Hollande

Le sujet a passionné les foules, même en Allemagne. Mais les dessinateurs ne s'y sont pas trompés, la principale information de la conférence de presse de François Hollande au début du mois de janvier était son tournant LIBÉRAL (n'en déplaise aux conseillers en communication qui s'arrachent leurs mèches grisonnantes par paquets de douze sur des chipotages sémantiques).

 

 

Aurel

 

Soulcié (non publié mais quand même)

 

James

 

Adultère - Bésot

Bésot

 

Les amours de Francoué

 

Et ma modeste contribution à la sauce allemande :
"Je suis un autre homme, maintenant je mènerai une politique de rigueur !"

28 août 2013

Concours de dessin L'Opinion, round 15

Thème du jour, l'énorme couac ministériel (toujours selon L'Opinion hein) de... Ah merde, comment il s'appelle déjà le ministre de l'écologie ?

...

Philippe Martin, merci Wikipédia.

Donc, thème du jour, le soit-disant couac de Philippe Martin qui a remis la taxe carbone sur la table. Rien de gagnant encore une fois.

Taxe Carbone038

Posté par Caricactus à 00:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


Concours de dessin L'Opinion, round 14

Thème du jour, la guerre au PS lors de l'université d'été de La Rochelle. Enfin, c'est L'Opinion qui le dit. Et aussi les autres médias, certes. Mais à côté de l'UMP et surtout, en comparaison au congrés de Reims de 2008, franchement, tout baigne non ?

Pas de dessin retenu.

Piet querelles PS

Piet université d'été PS

Posté par Caricactus à 00:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

07 juin 2013

Dessin de droite

Le mémoire, check, le portrait du sieur Paquet pour le blog Le Monde, check, le déménagement, CHECK ! Voir son plan stage de juin tomber à l'eau pour cause de liquidation judiciaire euh... check. Il ne me reste plus qu'à me remettre au dessin, ce que je fais difficilement. Idée pourrie, coup de pinceau parkinsonien... Au moins j'ai fait mon quota éditorial de droite pour l'année, les militants UMP et autres égéries de la manif pour tous qui voudraient m'apprendre ce qu'est l'objectivité sont donc priés d'aller se faire foutre.

fils député PS cannabis 001

Posté par Caricactus à 15:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

29 décembre 2011

Marine le Pen ratisse à gauche

Vieux dessin à propos d'un vieil article (15 jours, au moins !) du Monde. Toutes les voix étant bonnes à prendre, le FN essaierait de séduire les déçus des partis gouvernementalistes. Ca concerne l'UMP, mais aussi les électeurs lassés du PS, qui pourraient réfléchir deux fois avant de glisser dans l'urne un bulletin frappé du nom de Méluche. Conclusion : Marine le Pen considèrerait l'électeur en colère comme une sorte d'abruti donnant sa voix non pas au candidat ayant le programme le plus pertinent, mais à celui qui brait le plus fort, et devant le plus de journalistes possible. En espérant qu'elle se trompe...

  Pour le reste, je n'aime vraiment pas ce dessin, qui pue l'humour intello de gôche. Un dessinateur (Sergio qu'il s'appelle, cf les liens à droite) me disait que dans Zélium, il avait l'impression de prêcher pour des convaincus. Pas tellement utile en somme. Parfois j'ai l'impression de faire pire, c'est à dire de prêcher pour des initiés qui pourront rigoler très fort pour montrer qu'ils ont compris le crobard.

 

Marine_le_Pen_gauche_001

05 septembre 2011

petits meutres entre amis

Je rentre des vendanges tout fier de ma scoliose et de ma tendinite du poignet et PAF, j'apprend que Zélium est en train de crever la gueule ouverte. Etienne Liebig a composé un petit chant du cygne que je ne résiste pas à vous copier-coller :

 

Un journal qui meurt, c’est un peu comme les raisins secs qui restent collés sur les poils du cul quand on fait caca dans la nature et que l’on se torche avec des feuilles de mimosa. On se dit, le format était-il trop petit ? la couleur était-elle trop jaune ? Est-ce la saison du mimosa ? Quand on s’est bien questionné sur la forme, on s’interroge sur le fond : Était-ce trop liquide ?, Y avait-il trop de matière ? Était-ce trop dur ? Y suis je bien allé assez fort ?

On trouve toutes les réponses du monde et l’on se dit que la prochaine fois on ira dans de beaux chiottes tout blancs avec du papier de soie et du savon à cul même si ça doit pas faire plaisir aux amoureux de la nature. N’empêche qu’en attendant, on a cette curieuse et déplaisante sensation d’avoir un truc collé qui gêne et que l’on aimerait bien y mettre les doigts mais que ça se fait pas ! Alors bien sûr les copains et les copines affluent pour donner leur avis :

- Prends une douche anale.

- Fais toi lécher le fion.

- Va voir un psy.

- Rejoins le combat des pécheurs de crevettes.

- Non au nucléaire.

Un jour, il faudra qu’un philosophe nous apporte son éclairage sur les raisins secs collés aux poils du cul. Un philosophe engagé, n’hésitant pas à se positionner sur le théâtre des opérations, un philosophe tenant bien haut, perché sur un doigt vengeur et pénétrant, un rouleau de PQ rose, parfumé à l’Eucalyptus, un philosophe qui nous expliquera que plus un journal ressemble à du papier chiotte, plus il a des chances de se vendre au plus grand nombre. Que nous autres, avec notre Zélium, ressemblant à s’y méprendre à une feuille de mimosa arraché à sa tige par un jour de bourrasque, nous n’avions aucune chance de torcher correctement ces trous de balle qui dégueulent leur haine de l’humanité. Nous autres, nous offrions des fleurs jaunes en grappe, des dirigeables indirigeables, des bouquets d’amoureuses aux cœurs carmins, des mecs à la bite vengeresse qui acculent des politiques, des filles clitoridiennement incorrectes enchattant d’incorrigibles machistes. Nous autres, nous rigolions de la mort, de la tremblante du mouton, de la faillite des bourses, de la mémoire des vieilles, de la queue pendante des patrons, du cancer qui nous rongera tous et mêmes des potes qui crèvent sous les litres de jaja et les volutes de tabac. Nos lectrices voyaient des matins blêmes et des levés de soleil mirifiques, là où les autres ne voient qu’une affreuse nuit de cauchemars. Nos lecteurs voyaient de beaux combats contre tous les pouvoirs et des piques ensanglantés là où les autres ne voient que des mots enchaînés aux plumes des impuissants. Et nous rêvions ensembles et cela nous suffit.

Enfin de compte, nous ne regrettons pas ce mimosa trop jeune, trop jaune, trop pur, trop petit, trop fin. Nous ne regrettons pas le voyage en rêverie et moins encore l’impossible utopie même si, on a cette curieuse et déplaisante sensation d’avoir un truc collé aux poils du cul.

Etienne Liebig

 

Mais rassurez vous, le roi est mort, vive le roi ! Siné lance un nouveau mensuel satirique nommé Siné Mensuel. Il sera au fond du porte journaux derrière l'Equipe et Le Figaro le 7 septembre chez votre kiosquier. Ouf, vous retrouverez donc Flavien, Large, Decressac, Sergio et tous les autres dans ce nouveau journal (comment ça, c'est qui ces gonzes ? La colonne de liens à droite c'est pour les chiens ?)... Non je déconnais, il se trouve qu'ils ne seront pas de la fête... Parce qu'ils auraient commis l'infamie de participer à des journaux snobés par Siné ? Peut-être. Il faut savoir que Siné ne s'est pas privé de chier sur Zélium dans sa zone sur internet  (ici) et que Zélium ou certains collaborateurs semble ne pas s'être privés de lui rendre la politesse : Sur ce billet de Flavien, on peut lire dans un commentaire de l'auteur :

Il semble que pour qu'un journal satirique marche et réunisse un lectorat suffisant, aujourd'hui, il doit être:
- purement militant de gôche. Ce que Zélium n'était heureusement pas.
- représenté par des "stars" du milieu journalistique, militant, etc. Ce que Zélium n'était pas.
- aidé par le milieu de la presse, et particulièrement satirique. Solidarité dont Zélium n'a pas bénéficié.
D'autres facteurs rentrent en jeu (pas Besancenot héhé), mais j'ai l'impression que ce sont les trois plus importants.

Interprétation possible :

-Siné veut faire de son nouveau canard une arme anti-UMP pour 2012, et ben bon vent à lui ! (en même temps des chroniqueurs UMP, ça courait pas les couloirs de Zélium)

-Siné Hebdo ils avaient Christophe Alevêque, Michel Onfray, Didier Porte et Geluck, quand même (Olivier Bonnet n'était pas mal dans son genre à Zélium, mais faut reconnaître qu'il n'a officié ni chez Drucker, ni chez Ruquier)  !

-troisième point, rien à dire.

 Donc pour faire face à l'UMP, à l'autocensure, à la bonne pensée et à d'autres cibles bien utiles pour un chroniqueur quand il ne sait pas trop sur quoi il va pouvoir faire son papier du mois, on relance un nouveau titre en laissant une tripotée de dessinateurs " de gôche " sur le carreau. Pour se moquer de l'opposition qui n'en finit plus de se fracturer de partout, on créé un titre de plus en saquant la moitié de ses ex-collaborateurs... On tient le bon bout, c'est sûr ! Tout cela reste bien éloigné de l'image bon enfant de Satiradax, au début du mois de juin. Si être garant de la presse libre c'est agiter son majeur gauche en l'air contre tout et n'importe quoi et mettre son majeur droit dans l'os de ses anciens collaborateurs, je préfère encore proposer mon travail à la revue de BHL.

 

(edit) Pardon, il fallait que ça sorte.

 

Une petite parodie d'un dessin de Siné pour dire que la presse satirique qui commente la débâcle du PS, c'est l'hopital qui se fout de la charité :

 

L'original,que vous pouvez admirer à tout loisir dans Mourir ? Plutot crever !

siné curés


 

Et ma version (excusez la qualité, je maîtrise assez mal la technique du feutre usé sur PQ)


mise en abîme PS 001

 

Il y a aussi ça...

primaires presse satirique 001

 

Que vous pouvez personnaliser si vous avez un peu de temps à perdre.

primaires presse satirique personnalisable

 


26 juin 2011

Laurent Fabius prix d'humour politique 2011...

...Pour la phrase suivante : «Mitterrand est aujourd'hui adulé, mais il a été l'homme le plus détesté de France. Ce qui laisse pas mal d'espoir pour beaucoup d'entre nous…». Pour ma part, la palme de la meilleure citation revient à Jean-Louis Borloo qui a superbement envoyé le petit Nicolas dans les roses (pas celles des socialistes hein...) avec la phrase suivante : «Nous sommes tous des immigrés, seule notre date d’arrivée change».

 

Fabius_prix_d_humour_politique_001

Posté par Caricactus à 16:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,