13 juin 2018

Peinture : BHL guidant la liberté guidant le peuple

Heureux propriétaire d'une tablette graphique, je tente une petite nouveauté : parodier des oeuvres d'arts en y incrustant de nouveaux éléments pour changer leur sens. J'ai commencé avec un classique.

2018

 

 

Une variante sympa, mais qui ne donne pas à notre Bernard-Henri national la place qu'il mérite :

2018


28 août 2013

Concours de dessin L'Opinion, round 16

Thème du jour : une possible intervention de l'occident en Syrie. C'est curieux de constater à quel point L'Opinion en manque cruellement dès qu'il s'agit d'actualité internationale. Il faut croire que ça se prête mal au socialo-bashing. Et je suis pas super inspiré non plus. Heureusement dans ces cas là, y a BHL !

Piet Syrie et gaz040

Posté par Caricactus à 01:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

08 novembre 2011

La règle du "moi je"

Depuis le temps que j'attendais ça ! Deux mois que je tenais une idée monstre pour me foutre de sa trogne dès lors qu'il sortirait un bouquin. Sauf que voilà, le scrupule choisit ce moment pour m'envahir : " Rhooo, tacler BHL pour faire comme les autres, c'est un peu facile non ? Et puis est-ce que t'as déjà ouvert un de ses bouquins ? Non. Est-ce que tu serais fichu de trouver une seule de ces aberrations philosophiques qui font trépigner les universitaires ? Non. Est-ce que tu comprendrais même le sujet du bouquin ? Pas sûr... " Je m'étais résigné à laisser tout essai philosophique made in Saint-Germain des Près se faire tailler en pièces par des esprits plus brillants. Jusqu'à ce que Libé m'envoie en pleine poire deux pages dans lesquelles s'étalent BHL, son col béant et ses sourcils froncés qui semblaient me dire "Héhé t'as vu, moi ma tignasse faussement décoiffée elle tient la route !". Mes murs blancs fadasses te remercient Bernard, ta trombine entre mes deux numéros de Charlie et Siné Hebdo qui s'insultent, ça sera la cerise sur la tarte à la crème...

q


 "Houlàlà, j'ai grossi on dirait et puis oooh... Merde, je le savais que c'était pas une bonne idée les spaghettis bolognaise"Photo de Roberto Frankenberg prise sur le site de Libération

 

  Et ces deux pages dans un journal de goche avec une manchette au dessus de François Hollande ça ne serait pas en l'honneur d'un nouveau livre ? FAUX ! Il s'agit d'un authentique paveton messieurs dames, un beau bébé de 640 pages sobrement intitulé La Guerre sans l'aimer, journal d'un écrivain au coeur du printemps libyen (et son complice Nicolas de lui dire que Giulia, c'est joli aussi hein...). Je pourrais continuer en ajoutant que l'accouchement fut difficile, histoire de faire référence à l'accouchement d'un régime démocratique en Libye (mon Dieu, il est aussi laid que son père !) et surtout, une référence à la maïeutique chère aux profs de philo (on atteindrait les sommets de la branlette). Et bien NAN, puisqu'il ne s'agit pas d'un essai philosophique mais du journal d'un écrivain au coeur du printemps libyen. Un écrivain qui embauche des nègres pour faire sa propre éloge sur son site et sur celui de sa revue pour dire qu'il a soutenu cette révolution à la seule force de ses épaules, ce qui expliquerait par ailleurs que les boutons du haut de sa chemise refusent de s'attacher.

   Bref, 640 pages de "je", "mon", "moi", "me, myself, I, and he, I want to speak about Nicolas Sarkozy". En parlant de ce dernier, BHL n'oublie pas de préciser au journaliste de Libération, qui a eu le mérite de ne pas lui cirer les pompes (ou du moins ne l'a t-il pas fait avec sa langue préfèreront nuancer d'autres), qu'il ne pouvait qu'approuver Nicolas Sarkozy quand celui-ci lui disait que quand même, heureusement que c'était lui qui avait été élu et pas Ségolène Royal. C'est vrai quoi, elle est plus du genre à jouer de l'index que de la poigne, et aujourd'hui Kadhafi se curerait encore le nez avec ! Oui monsieur le président vous avez bien fait, oui j'oublie un peu vite que je soutenais Ségolène Royal il y a encore deux ans. Mais qui s'en souvient ?

 

 Béhachelle nous propose donc de revenir sur son rôle de ministre des affaires étrangères  sur tous les fronts, ce qui est fort aimable de sa part puisque je le trouve bien plus lisible dans ce rôle que dans ses pérégrinations botuliennes. Lisible, mais pas digeste pour autant, puisqu'il soutient mordicus dans Libération que l'avènement d'un régime démocratique en Libye va enfin ouvrir les yeux du monde sur une réalité : être musulman et respecter les droits de l'Homme tels qu'ils sont conçus en Occident sont deux choses parfaitement compatibles. Sauf qu'en Libye c'est la Charia qui s'est imposée, la doctrine que défendent les Islamistes. Et jusqu'à preuve du contraire, les droits de l'Homme (hommes plus femmes donc) autorisent le divorce, et garantissent contre tout risque de lapidation pour adultère...

 BAchou 001

18 septembre 2011

Les trois mousquetaires en Libye

Petit essai au bille quatre couleurs, puisque ce papier supporte définitivement très mal le gommage et l'encre de Chine (et puisque de toute façon j'ai oublié la moitié de mon matériel en emménageant à Tours...). C'est pas si mal, même si on reste très loin de l'aéro-bic haute voltige d'un Flavien que vous trouverez en bas à droite dans mes liens.

sarko_en_libye_001