19 novembre 2018

De quel côté roulent les gilets jaunes ? Réflexion post dessin de la semaine

Grosse division sur les gilets jaunes cette semaine à gauche. Est-ce qu’on a envie de sacrifier la transition écologique au nom du pouvoir d’achat ? J’étais assez inquiet en entendant parler ça et là de « poujadisme », de « beaufs en gilets jaunes »… Disons que la gôche urbaine qui fait mine de ne pas comprendre que tout le monde n’a pas un arrêt de métro ou de tram à 100 mètres de chez lui me navre autant que les gilets jaunes qui se fendent d’une petite sortie de route raciste ou qui mettent la misère à un pigiste qui gagne parfois moins que le SMIC.

2018

 

 

On ne va pas se mentir, je l’ai eu aussi cette tentation de mépris. Puis je me suis rappelé qu’avant d’habiter à Strasbourg-hypercentre et de laisser ma bagnole rouiller dans un garage, j’ai fait quelques mois de stage en presse locale. Dont un où j’habitais à 15 minutes de mon lieu de travail, et où je payais l’essence de ma poche pour m’y rendre.
Il faudrait que j’ai la mémoire bien courte pour ne pas me rappeler que le budget essence de certains, c’est quasiment un deuxième loyer et que c’est une charge incompressible. Pour eux 6 centimes à la pompe, ça compte.

2018

C'est un très mauvais calcul de mépriser ce mouvement. On a déjà laissé l'extrême-droite s'installer sur la laïcité, maintenant, on va aussi lui laisser le pouvoir d'achat ? Il y a un nombre incalculable de bouquins qui expliquent qu'on ne pourra pas réussir une transition écologique sans corriger les inégalités de richesse, de race, de genre... Je pense au contraire que c'est tout à fait possible, et qu'on en prend le chemin. L'exemple du diesel taxé pendant que le kérosène des avions est épargné, en est un exemple. On appellerait ça le capitalisme vert, et ça serait terrible. Garder son mode de vie actuel serait un privilège de riche. Les plus aisés pourront choisir un véhicule électrique (pas moins problématique aujourd'hui hein. Coucou le bilan carbone à la fabrication et la dépendance au nucléaire), manger bio, se payer un petit havre de paix à toute épreuve des aléas climatiques... Ceux qui s'adapteront le mieux au changement climatiques, et qui pourront même peut-être se payer le luxe de polluer encore, seront les plus riches. C'est ça le message envoyé par la transition écologique à la sauce Macron. Les autres n'ont qu'à se démerder.

 

2018


20 septembre 2018

GCO : Veni, vidi, presque Vinci

Les anti-GCO tiennent bon à Kolbsheim, après l'evacuation de la ZAD du moulins. En deux semaines, deux décisions de justice concernant l'abattage des arbres et le début des travaux leur donnent pour l'instant raison. Pendant ce temps, la Ville de Strasbourg serait prête à vendre des terrains destinés aux fameuses "mesures de compensation". Mais peut-être que le gouvernement a une meilleure idée ?

(Mon tout premier François de Rugy. Pas évident après trois jours de festival dans les pattes !)

 

2018

 

29 mars 2018

8e étage : La Chine ne veut plus des poubelles occidentales

Les États-Unis lancent une guerre commerciale à la Chine. Et en même temps, les États-Unis demandent à la Chine de continuer sagement à recycler ses déchets, alors que celle-ci a déjà du mal à absorber ses propres ordures. Il va y avoir comme un problème. Plus d'infos en cliquant sur le dessin.

2018

19 mars 2018

Rue89 Strasbourg : l'ancien Premier ministre japonais vient prêcher pour la fermeture des centrales.

Strasbourg avait un invité de marque la semaine dernière : l'ancien Premier ministre japonais Naoto Kan, qui s'est cogné la catastrophe de Fukushima, est venu donner une conférence sur son expérience des risques nucléaires. On retiendra cet aphorisme : "Une centrale nucléaire sûre est une centrale nucléaire fermée". Un gros bisou à François Hollande qui a repoussé sans cesse la fermeture de la centrale de Fessenheim, et un autre à Nicolas Hulot qui est revenu sur l'objectif des 50% de nucléaire d'ici 2025.

(Plus d'infos en cliquant sur le dessin)

2018


15 juin 2017

Concours désertif' action

Deux bricoles pour un concours de dessin sur la protection de la planète ou des ressources organisé par Désertif'actions. Concours international, dessin muet de bon ton. Pas mon style préféré, mais tant pis.

 

2017

Le sourcier : Savez vous combien il faut d'eau pour extraire un baril de pétrole, produit un

litre de coca, et refroidir une centrale ? Moi non plus, je sais plus. J'ai oublié. C'est dans la description du dessin.

La description est dans un fichier. Le fichier est en pièce jointe dans un mail que j'ai envoyé.

Et là j'ai la flemme de la récupérer. Mais c'est beaucoup.

 

 

 

2017

Une petite citation de ce bobo islamo-gauchiste bien pensant qu'était Sitting Bull : Quand

le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson capturé,

alors le visage pâle réalisera que l'argent ne se mange pas.

 

8e étage 122 et 123

Emmanuel Macron a beau marteler son "Make the planet great again", il ne nous fera pas oublier que la France est passée magnifiquement à côté de ses objectifs en parts d'énergie renouvelables pour 2020. Plus d'infos en cliquant sur le dessin.

2017

 

 

Les raisins détox de la colère : non content de faire s'écrouler le marché des agrumes au Brésil en snobant le jus d'orange, les hipsters ont asséché le Chili avec leur foutue passion pour l'avocat... Salauds !

2017

04 avril 2017

8e étage 112-113

Hoppla, j'ai oublié de faire mon billet hebdomadaire pour 8e étage la semaine dernière, on rattrape ça.

La semaine dernière, je parlais du plastic ban au Kenya : le pays a décider d'interdire l'usage des sacs plastiques. Problème, les industriels font de la résistance, et les substituts en kraft risquent de poser quelques problèmes, vues les faibles ressources en bois du pays.

2017

 

Et cette semaine, je vous parle des manifestations en Biélorussie. Le pouvoir en place depuis 23 ans fait face à une situation inédite, qui n'est pas sans rappeler l'Ukraine au début de l'année 2014. Et si la Russie venait faire valoir encore une fois ses intérêts à coups de canon ? Plus d'infos en cliquant sur le dessin.

207

23 septembre 2015

Week-end Zélium au festival La Voie est libre à Montreuil. Bière, dessin et vente.

"Non mais regarde. On pose la tireuse à bière là. On les fait boire, et une fois qu'ils ont les dents du fond qui baignent et que le porte-monnaie n'est pas encore rangé, PAF, on leur refourgue un Zélium à 4,50 € !"

Voilà, c'est comme ça que l'on se retrouve obligé de développer des stratégies marketing, même dans la presse alternative. Dimanche 20 septembre, une partie de l'équipage du Zélium s'est levée très tôt pour installer son stand au festival écolo "La voie est libre" de Montreuil... Installé sur une bretelle d'accès à l'autoroute. So chic, isn't it ?

Pour moi c'était l'occasion de revoir des copains après deux années loin de tout, et d'en rencontrer des nouveaux.

Au menu : vente de journaux (un peu), de bière artisanale (beaucoup), et dédicaces dessinées sur le thème des "monstres du changement climatique". C'est aussi la première depuis bientôt 9 mois que j'ai de nouveau entendu le fameux "Et vous avez un vrai métier sinon ?"... J'aurais pourtant mis ma main gauche au feu (celle qui dessine) qu'après le 7 janvier, plus jamais je n'entendrais un truc pareil. Raté.

 

Une petite séance aquarelle la veille dans Paris.
IMG_0001

food truck

 

viande hachée bio

Posté par Caricactus à 16:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,