23 janvier 2012

Korriton 2011-2012

Ayé, aujourd'hui je suis crevé, j'ai un mal de crâne et une belle gueule de bois comme savent en sculpter les beuveries étudiantes. Je la tiens ma soirée qui devait finir 2011 en apothéose, avec son rhum orange de chez Simply et ses chorégraphies endiablées sur fond de Francky Vincent. Me reste à vous souhaiter une bonne année 2012 et tout ce qui va avec : bonheur, argent, santé, amour, réussite professionnelle... et je vais m'arrêter là parce que j'ai l'impression d'énumérer les rubriques d'un horoscope de presse féminine. Non pas que j'aie quelque chose contre la presse féminine hein ! Chacun suit bien les diktats de la beauté et de la normalité qu'il veut... (Avis à quelques journalistes du groupe Marie-Claire qui se seraient égarées par ici, restez quand même s'il vous plait )
[sens de la transition] Une presse féminine qui refuse toujours de publier mes dessins, notamment celui-ci que j'avais réalisé pour les étrennes de l'ami Korri, blogueur bédéphile dont vous trouverez le lien dans la colonne de droite. Ce joyeux luron demande chaque année à la fine fleur du dessin d'humour (non je déconne là, c'est pour me faire mousser. Tout le monde peut participer) de le dessiner sur un thème précis. Actualité oblige, il a choisi cette année les élections présidentielles. Je me suis donc empressé de lui mitonner ce petit bijou d'élégance, de raffinement, de subtilité... dont la rédaction de "Psychologies Magazine" n'a même pas voulu pour caler son armoire qui est bancale depuis trois ans.

Korriton couleurs 001

Posté par Caricactus à 19:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


13 janvier 2012

Tss tss, fallait pas jouer

Rien ne va plus couleur 001

 

Retour difficile à la couleur. Au dessin aussi d'ailleurs...

Posté par Caricactus à 23:41 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

02 janvier 2012

La tyrannie de la majorité

Avant toute chose sachez qu'hier je n'ai eu aucun mal à me lever. Je n'ai eu aucun appart en bordel à ranger, j'ajouterais par ailleurs que je n'ai pas eu envie de me recoucher. Enfin, je n'ai pas vomi, je n'ai eu aucune migraine et je n'ai pas vu l'ombre de la moindre gueule de bois... J'en conclue donc que nous sommes encore en 2011.

Donc pour finir 2011 je vous ai fait une petite niaiserie qui m'est venue en regardant le zapping de Canal+. Durant l'année, le gouvernement chinois a supprimé la possibilité de voter pour des candidats dans les émissions de télé-réalité locales. Pour la simple bonne raison que "vote" en Chine c'est un peu comme "jean" ou "réussite personnelle" en ex-RDA... ça n'existe pas. Et pourtant, on ne m'enlèvera pas l'idée de la tête que la télé-réalité aura fini par faire couler par les oreilles du citoyen un bulbe déjà bien rammoli durant les 90's par le Bigdil et le Juste Prix.

Tsss, c'est mesquin ça comme reflexion. Puis gonflé de mépris envers le peuple, et tout et tout... et surtout ça n'a rien de nouveau :


Desproges et la Démocratie

 

(C'est la version soft. Si vous voulez en savoir plus, google--->youtube----> Desproges démocratie---> chroniques de la haine ordinaire--->débrouillez vous avec ça)

 

droit de vote 001

 

Posté par Caricactus à 12:57 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

29 décembre 2011

Marine le Pen ratisse à gauche

Vieux dessin à propos d'un vieil article (15 jours, au moins !) du Monde. Toutes les voix étant bonnes à prendre, le FN essaierait de séduire les déçus des partis gouvernementalistes. Ca concerne l'UMP, mais aussi les électeurs lassés du PS, qui pourraient réfléchir deux fois avant de glisser dans l'urne un bulletin frappé du nom de Méluche. Conclusion : Marine le Pen considèrerait l'électeur en colère comme une sorte d'abruti donnant sa voix non pas au candidat ayant le programme le plus pertinent, mais à celui qui brait le plus fort, et devant le plus de journalistes possible. En espérant qu'elle se trompe...

  Pour le reste, je n'aime vraiment pas ce dessin, qui pue l'humour intello de gôche. Un dessinateur (Sergio qu'il s'appelle, cf les liens à droite) me disait que dans Zélium, il avait l'impression de prêcher pour des convaincus. Pas tellement utile en somme. Parfois j'ai l'impression de faire pire, c'est à dire de prêcher pour des initiés qui pourront rigoler très fort pour montrer qu'ils ont compris le crobard.

 

Marine_le_Pen_gauche_001

10 décembre 2011

Rigueur mon amour

 Ca vous a peut-être échappé, les larmes de cette ministre italienne en annonçant la couleur pour sortir son pays du rouge. Elsa Fornero, ministre des affaires sociales, a craqué en expliquant que les retraites ne seraient plus indexées sur l'inflation, hormis pour les deux tranches les plus basses. « Et ça, c'est très révélateur » (Je le met entre parenthèses parce que c'est une citation. Un paquet de malabars pour celui qui trouve l'auteur) :

-Les politiques peuvent avoir un coeur... WTF ?!

 -Mais ils sont bel et bien tenus en laisse par les marchés.

 Est-ce qu'il faut en être ému ou saisi d'effroi ? Un autre qui a un coeur gros comme ça, c'est notre premier sinistre François Fillon. Manque de bol, le sien est en or.

 

les_larmes_titre_001


 

Posté par Caricactus à 15:52 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


04 décembre 2011

Plagiat à l'université

Un petit truc réalisé pour le journal des deuxième année de journalisme à l'IUT. Sujet : le plagiat à l'université.

plagiat_universit__001

Posté par Caricactus à 15:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

11 novembre 2011

Mémoires d'outre-tombe

 

Quel dommage que Chevènement n'ait pas déclaré sa candidature le 1er novembre, ça aurait été... comme un symbole.

Gloire___nos_morts_001

Petite bouse faite à l'arrache...

09 novembre 2011

Gruik

Le même en plus propre... ou pas.

BHou 002

Posté par Caricactus à 22:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 novembre 2011

La règle du "moi je"

Depuis le temps que j'attendais ça ! Deux mois que je tenais une idée monstre pour me foutre de sa trogne dès lors qu'il sortirait un bouquin. Sauf que voilà, le scrupule choisit ce moment pour m'envahir : " Rhooo, tacler BHL pour faire comme les autres, c'est un peu facile non ? Et puis est-ce que t'as déjà ouvert un de ses bouquins ? Non. Est-ce que tu serais fichu de trouver une seule de ces aberrations philosophiques qui font trépigner les universitaires ? Non. Est-ce que tu comprendrais même le sujet du bouquin ? Pas sûr... " Je m'étais résigné à laisser tout essai philosophique made in Saint-Germain des Près se faire tailler en pièces par des esprits plus brillants. Jusqu'à ce que Libé m'envoie en pleine poire deux pages dans lesquelles s'étalent BHL, son col béant et ses sourcils froncés qui semblaient me dire "Héhé t'as vu, moi ma tignasse faussement décoiffée elle tient la route !". Mes murs blancs fadasses te remercient Bernard, ta trombine entre mes deux numéros de Charlie et Siné Hebdo qui s'insultent, ça sera la cerise sur la tarte à la crème...

q


 "Houlàlà, j'ai grossi on dirait et puis oooh... Merde, je le savais que c'était pas une bonne idée les spaghettis bolognaise"Photo de Roberto Frankenberg prise sur le site de Libération

 

  Et ces deux pages dans un journal de goche avec une manchette au dessus de François Hollande ça ne serait pas en l'honneur d'un nouveau livre ? FAUX ! Il s'agit d'un authentique paveton messieurs dames, un beau bébé de 640 pages sobrement intitulé La Guerre sans l'aimer, journal d'un écrivain au coeur du printemps libyen (et son complice Nicolas de lui dire que Giulia, c'est joli aussi hein...). Je pourrais continuer en ajoutant que l'accouchement fut difficile, histoire de faire référence à l'accouchement d'un régime démocratique en Libye (mon Dieu, il est aussi laid que son père !) et surtout, une référence à la maïeutique chère aux profs de philo (on atteindrait les sommets de la branlette). Et bien NAN, puisqu'il ne s'agit pas d'un essai philosophique mais du journal d'un écrivain au coeur du printemps libyen. Un écrivain qui embauche des nègres pour faire sa propre éloge sur son site et sur celui de sa revue pour dire qu'il a soutenu cette révolution à la seule force de ses épaules, ce qui expliquerait par ailleurs que les boutons du haut de sa chemise refusent de s'attacher.

   Bref, 640 pages de "je", "mon", "moi", "me, myself, I, and he, I want to speak about Nicolas Sarkozy". En parlant de ce dernier, BHL n'oublie pas de préciser au journaliste de Libération, qui a eu le mérite de ne pas lui cirer les pompes (ou du moins ne l'a t-il pas fait avec sa langue préfèreront nuancer d'autres), qu'il ne pouvait qu'approuver Nicolas Sarkozy quand celui-ci lui disait que quand même, heureusement que c'était lui qui avait été élu et pas Ségolène Royal. C'est vrai quoi, elle est plus du genre à jouer de l'index que de la poigne, et aujourd'hui Kadhafi se curerait encore le nez avec ! Oui monsieur le président vous avez bien fait, oui j'oublie un peu vite que je soutenais Ségolène Royal il y a encore deux ans. Mais qui s'en souvient ?

 

 Béhachelle nous propose donc de revenir sur son rôle de ministre des affaires étrangères  sur tous les fronts, ce qui est fort aimable de sa part puisque je le trouve bien plus lisible dans ce rôle que dans ses pérégrinations botuliennes. Lisible, mais pas digeste pour autant, puisqu'il soutient mordicus dans Libération que l'avènement d'un régime démocratique en Libye va enfin ouvrir les yeux du monde sur une réalité : être musulman et respecter les droits de l'Homme tels qu'ils sont conçus en Occident sont deux choses parfaitement compatibles. Sauf qu'en Libye c'est la Charia qui s'est imposée, la doctrine que défendent les Islamistes. Et jusqu'à preuve du contraire, les droits de l'Homme (hommes plus femmes donc) autorisent le divorce, et garantissent contre tout risque de lapidation pour adultère...

 BAchou 001

03 novembre 2011

Marine Le Pen étrangère indésirable... aux Etats-Unis

Mais que diable est-elle allée foutre au pays de l'oncle Jimbo ? Débattre longuement (dix minutes au moins) sur l'étalon-or avec le Tea Party Ron Paul qui l'avait magistralement décommandée la veille, pourquoi pas... Mais que penser d'une Marine Le Pen voulant faire des risettes du bout de sa bannière nationaliste à des indignés qui se réclament d'un mouvement international ? Rien peut-être, par manque d'information. Celle-ci espérerait en effet les rencontrer à huis clos, loin de ces sagouins de journalistes qui ont le culot de lui faire remarquer que quand même, M'ame Le Pen, vous vous êtes méchamment fait téj' par les huiles Tea Party hein ? Et elle de s'indigner à son tour : Comment ça vous n'êtes pas là pour faire ma com' ?! Mais barrez vous alors, et cachez moi ce torchon que je ne saurais voir !

Comble du malheur pour Marine Le Pen, en plus de ne pas être dotée d'un bras assez extensible pour obtenir plus de dix minutes de tête-à-tête avec un ultra-conservateur américain, elle n'était pas en France pour passer de la pommade sur les doigts brûlés des dessinateurs de Charlie Hebdo. C'est donc Claude Guéant qui s'en charge personnellement, coupant l'herbe sous le pied du FN sur le thème du « Oh mon Dieu, ils nous attaquent !!! ». Une fois de plus...

Marine_aux_states_003

 

Posté par Caricactus à 22:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,