Ça pourrait être la fin du service public d'information suisse : dans un référendum à venir le 4 mars, les Suisses doivent décider s'ils conservent ou non leur redevance audiovisuelle. Celle-ci s'élève à environ 385 euros, ce qui en fait râler certains : entre les libéraux jusqu'au boutiste pour qui l'intervention de l'État devrait se limiter au strict minimum (police, justice), les anti-impôts par principe et les Suisses fâchés avec leurs journalistes (grande tendance européenne s'il en est), cela fait de solides arguments en faveur du OUI au "No Billag", le petit nom de la proposition de la votation qui doit mettre fin à la redevance. Mais les chaînes privées sont-elles capables de proposer un service d'information aussi complet que celui du groupe public SSR ? Celui ci diffuse des infos en 4 langues (français, allemand, italien et romanche), et laisse une place relativement raisonnable au divertissement.

Pour rappel en France, le gouvernement envisage d'étendre la redevance à d'autres appareils que la télévision, histoire de pouvoir se financer via les nouveaux canaux d'information.

2018