Cette bande dessinée était à la base une réponse aux supporters et à la presse de toute l'Europe qui ne comprenaient le toupet qu'on avait, nous Français, de faire la grève en plein Euro. Le temps d'écrire le scénario, de faire une traduction en anglais et de tout réaliser, de l'eau a coulé sous les ponts. Je garde ça pour la prochaine grève, pour la presse magazine ou les sites de slow news. Et puis, une version en français ça ne mange pas de pain.

Il y a une grosse semaine, les médias étrangers s'émouvaient des piquets de grèves qui perturbaient le lancement de l'Euro en France. Je cherche toujours à comprendre à quel moment c'est déplacé de se désintéresser d'un tournoi de foot pour défendre ses conditions de travail. Soutien à tous les grévistes, bien pépouse depuis ma chaise de bureau et à tous ceux qui manifestent contre la réduction du code du travail au format timbre-poste.

Quant à la presse allemande, vous venez à peine de découvrir le Smic, commencez par mettre un peu de Keynes dans vos bouquins d'éco et à vous occuper de vos travailleurs précaires, ensuite on parlera. Quitte à devoir faire des heures supp' pour s'occuper de vos supporters bourrés à la Oettinger et qui ne sont pas des cadeaux, comprenez bien que ça mérite d'être payé décemment et de ne pas être jeté comme le Kleenex d'un ado qui vient de découvrir Youporn et la navigation privée ! Ça marche aussi  pour les journaux anglais qui ne sont jamais les derniers à jeter une petite crotte de nez sur la pancarte d'un cégétiste.

page 1 001

 

page 2 001

page 3 001

page 4 001

page 5 001

page 6 001

page 7 001

page 8 001

page 9 001

page 10 001

page 11 001

page 12 001

page 13 001

page 14 001

page 15 001

page 16 001

page 17 001

page 18 001

page 19 001

page 20 001

page 21 001

 

page 22 001