Mais quel est le génie qui a eu l'idée de proposer une prestation hommage de Johnny en mémoire de toutes les victimes de Charlie Hebdo ? Non parce que si on se tape une semaine de documentaires morbides et tire-larme à souhait sur tous les canaux, c'est bien en hommage aux morts du journal, pas aux autres. Vous vous souvenez d'avoir eu un tel branle-bas de combat en mars 2013 pour se rappeler que cela faisait un an que Mohammed Merah avait fait un carton dans une école juive ? C'est triste à dire, mais il faut produire un sacré paquet de viande froide pour obtenir autant de bruit médiatique qu'avec un seul journaliste AOC élevé au grain.


 Toujours est-il que convoquer Johnny Hallyday pour faire pleurer dans les chaumières sur la mort de nos héroïques poil-à-gratter, c'est un peu comme les déterrer pour les finir à la machette (ou bien c'est un énorme trollage, et dans ce cas c'est drôle). Alors il paraît que Wolinski aimait bien Johnny. C'est l'intéressé qui l'a dit dans une interview. Si c'est vrai, ça foutrait mon dessin en l'air. Tant pis. C'est quand même pas de ma faute si on a écorché le nom de "Wolinsky" sur la plaque commémorative plutôt que ceux de "Charbbe", "Tignouce" ou "Bernard Marris".

Toute ai pardoney