Qui l'eût cru ? Le plus gros exportateur du monde impose des normes sanitaires draconiennes à une Europe dont les barrières protectionnistes en agacent plus d'un. Les pomiculteurs provençaux en font les frais, eux qui ne se remettent pas de la perte du marché russe. Plus d'infos en cliquant sur le dessin.

mouches